La notion d'âme ou d'esprit

Je me suis récemment replongé dans certains ouvrages tibétains qui abordaient des notions d'esprit, d'âme sans pour autant aborder l'idée de l'existence d'un dieu.

Les tibétains ne sont pas à proprement parler des religieux. Le bouddhisme, qui est la principale religion de ce pays, pose ses bases davantage sur la maitrise des facultés humaines que sur des relations avec un être divin surnaturel universel, telles qu'elles sont conçues dans la plupart des religions monothéistes de notre temps: le judaïsme, le christianisme et l'islam.

De par le monde, bien des courants de pensée s'appuyent sur des concepts de relations "horizontales" (donc entre les humains) alors que la plupart des religions sont basées sur des relations horizontales et verticales (entre les hommes d'une part, mais surtout entre les hommes et Dieu)

Je ne saurais dire si Dieu existe. Je ne suis pas Dieu. Il me semble que si cette entité existe, si elle est dotée de tous les pouvoirs qu'on veut bien lui donner, elle devrait au moins avoir le pouvoir de nous prouver son existence.

Encore une fois dès que j'aborde le sujet, j'entends des voix s'élever: "Qui êtes-vous pour blasphémer ainsi..."

Il n'y a point de blasphème. Pour moi, Dieu tel que vous le concevez n'existe pas.

Je reconnais que l'on puisse accorder un caractère sacré à certaines entités que l'on appelle par là même des dieux, mais l'idée ne me convainc pas, dans le sens où elle est excessivement réductrice: l'Homme, dans son incapacité à comprendre les évènements qui l'entourent, a créé des Dieux, a, de ce fait, donné lbre passage à des prophètes; mais en ce faisant, l'Homme s'est réfugié derrière une barrière qui à mon sens est excessivement dangereuse: la barrière de la foi.

 

Si Dieu existe, il est en fait la somme de toutes nos énergies rassemblées. Il n'est pas, dans le sens où on le voit, un Père bien aimant, charitable, qui envoya son fils il y a plus de 2000 ans sur Terre. Il n'est pas non plus un être qui décide de faire apparaitre la Vierge Marie au Caire en plein printemps arabe.

Tous ces phénomènes ne sont qu'énergie, énergie vitale certes, mais énergie.

Je vais donc tenter de vous expliquer cette notion, en commençant par tenter de définir ce qu'est l'âme, humaine ou animale.

 

Dans la plupart des textes anciens, on accordait une importance énorme à l'âme humaine. En effet, cette dernière est la seule entité en mesure de nous rattacher, simples mortels que nous sommes, à une idée de vie.

Or, la vie, telle qu'on la conçoit ici bas, est bien la somme de tout ce qui nous fait respirer, de tout ce qui fait battre notre coeur. Rien de divin là dedans, ce ne sont que des molécules, toutes aussi complexes les unes que les autres, qui interagissent dans notre corps. Manque de magnésium et nous commençons à trembler de façon incontrôlée, excès de potassium et nous voilà paralysés au bord de l'arrêt cardiaque.

Cependant, il y a en nous une forme d'énergie que beaucoup de nos semblables ne percoivent pas. Certains en percoivent les contours; d'autres sont capables de la visualiser bien plus finement. Certains parlent d'aura.

Les capacités particulières de certains d'entre nous

Le plus étonnant dans les phénomènes liés à l'aura, est que certaines personnes ont la capacité, de naissance, de les voir. Certaines personnes, en effet, viennent au monde avec une capacité, possible adaptation ou modification génétique, leur permettant réellement de percevoir l'aura des êtres vivants.

Cette capacité n'est jamais altérée au cours de leur vie, elle ne change jamais, ne faiblit jamais. On appelle ce don synesthésie.

D'entrée, nous allons encore une fois nous heurter à la science. En effet, les scientifiques vous dirons que c'est une modification, une anomalie génétique, qui est à l'origine de cette capacité particulière.

Pour ma part, je déteste qu'une personne, sous prétexte qu'elle ne veut se baser que sur ce que percoivent ses cinq sens, traite les autres d'anormaux alors qu'ils ont une perception accrue de la vie. Souvenons-nous qu'il n'y a pas encore si longtemps, au regard de l'histoire de l'humanité, nous brulions des gens pour hérésie. Je ne parlerai même pas de certaines pratiques ayant court dans le proche-orient...

Mon idée ici, est de vous faire comprendre que la non normalité d'une personne n'est pas forcément l'abérration. Certes, des personnes malheureuses viennent aussi au monde avec des facultés intellectuelles clairement amoindries, mais je voudrais davantage m'interesser à ces personnes qui développent des capacités sensorielles supplémentaires.

 

Retour à l'accueil